Index du Forum


 
 FAQFAQ   RechercherRechercher   MembresMembres   GroupesGroupes   S’enregistrerS’enregistrer 
 ProfilProfil   Se connecter pour vérifier ses messages privésSe connecter pour vérifier ses messages privés   ConnexionConnexion 

ANTOINE... AU BARBECUE-CLUB (Juillet 1966)

 
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet     Index du Forum -> "L'Epopée du Barebecue-Club" -> Histoire du Barbecue-CLub
Sujet précédent :: Sujet suivant  
Auteur Message
JCB [the BOSS]
Administrateur
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 14 Juin 2007
Messages: 45

MessagePosté le: Ven 15 Juin - 00:46 (2007)    Sujet du message: ANTOINE... AU BARBECUE-CLUB (Juillet 1966) Répondre en citant

ANTOINE... AU BARBECUE-CLUB


Antoine* et ses célèbres "Élucubrations d'Antoine"


Antoine dédicace à Jean-Claude, le "Boss" du Barbecue-Club [casquette de marin]


Luce sert des brochettes et spaghettis à Antoine et à ses Amis, parmi lesquels, en chemise blanche, Jean-Marie Périer**


L'article de J. Ration, du Dauphiné-Libéré de Bellegarde-sur-Valserine

ANTOINE… au Poteau ! « INFORTUNE politique, peut-être, mais après que l’immense vaisseau de la Patinoire de Genève ait retenti, jeudi soir, du fameux cri de ralliement : « An-toin’ au pou-voir ! », hier, vers 15 heures, pour la jeunesse « privilégiée » de Génissiat, c’était « Antoine au poteau) ».
Et tant pis pour les incrédules, ce mot de passe de ralliement disait juste : Antoine, mais oui, le seul, le vrai, l’unique, se restaurait au « Barbecue », au lieu dit « Le Poteau », à Génissiat.
De quoi faire pâmer les âmes sensibles… Mais tout était prévu, tant la Providence fait bien les choses : l’abbé Paul était là. Il n’eut pas à officier. Dieu soit loué ! Antoine et sa suite de musiciens, d’impresarii et de journalistes parisiens (Jean-Marie Périer, le fiancé de Françoise Hardy, en tête) se sont régalés de brochettes et de quelques « pincées » de spaghetti : en effet, émules véritables, sachez qu’il convient d’utiliser le moins possible de fourchette. C’est un conseil « authentique » qui vous authentifiera.
O-yé ! Y a bon !
Mais le menu du « Barbecue » était si bon que les élucubrations sont restées comme la guitare : au repos dans un coin !
Croyez-moi : Antoine est gentil et ne fait pas de bruit. Bah ! Il faut bien que les autres fassent quelque chose, votre serviteur y compris !
(J. Ration, Le Dauphiné Libéré, Bellegarde-sur-Valserine, Ain)


PAROLES DE LA CHANSON
"LES ELUCUBRATIONS D'ANTOINE"

(Paroles et Musique d'Antoine Muraccioli)

Oh, Yeah !
Ma mère m'a dit, Antoine, fais-toi couper les cheveux,
Je lui ai dit, ma mère, dans vingt ans si tu veux,
Je ne les garde pas pour me faire remarquer,
Ni parce que je trouve ça beau,
Mais parce que ça me plaît.

Oh, Yeah !
L'autre jour, j'écoute la radio en me réveillant,
C'était Yvette Horner qui jouait de l'accordéon,
Ton accordéon me fatigue Yvette,
Si tu jouais plutôt de la clarinette.

Oh, Yeah !
Mon meilleur ami, si vous le connaissiez,
Vous ne pourriez plus vous en séparer,
L'autre jour, il n'était pas très malin,
Il a pris un laxatif au lieu de prendre le train.

Oh, Yeah !
Avec mon petit cousin qui a dix ans,
On regardait "Gros Nounours" à la télévision,
A Nounours il a dit "Bonne nuit mon bonhomme",
Il est parti danser le jerk au Paladium.

Oh, Yeah !
Le juge a dit à Jules, vous avez tué,
Oui j'ai tué ma femme, pourtant je l'aimais,
Le juge a dit à Jules "Vous aurez vingt ans",
Jules a dit : "Quand on aime on a toujours vingt ans".

Oh, Yeah !
Tout devrait changer tout le temps,
Le monde serait bien plus amusant,
On verrait des avions dans les couloirs du métro,
Et Johnny Hallyday en cage à Médrano.

Oh, Yeah !
Si je porte des chemises à fleurs,
C'est que je suis en avance de deux ou trois longueurs,
Ce n'est qu'une question de saison,
Les vôtres n'ont encore que des boutons.

Oh, Yeah !
J'ai reçu une lettre de la Présidence
Me demandant, Antoine, vous avez du bon sens,
Comment faire pour enrichir le pays ?
Mettez la pilule en vente dans les Monoprix.

Oh, Yeeeeaaaahhhh !


*Antoine Muraccioli : Né le 4 juin 1944 à Tamatave, Madagascar, de son vrai nom Pierre-Antoine Muraccioli est un chanteur et auteur compositeur français.

Élève-ingénieur de Centrale Paris (il obtiendra le diplôme en 1966), il s'adonne à la chanson pendant ses études, connaît un succès d'estime avec sa chanson Autoroute européenne numéro 4, puis rencontre un succès énorme en 1966 avec les Élucubrations d'Antoine, pourtant lancée contre l'avis de son producteur Christian Fechner et de toute l'équipe des disques Vogue. Maurice Chevalier déclare alors : « Jamais un artiste n'a atteint aussi vite le sommet du succès », propos qui seront repris par la version européenne du magazine Time.

Juliette Gréco cite à son sujet Boris Vian, qui fut lui aussi élève de Centrale.

**Jean-Marie Périer : Débuta sa carrière de photographe en 1956 comme assistant de Daniel Filipacchi lorsqu’il était photographe à « Marie Claire ». Jusqu’en 1960 il travailla avec lui comme assistant et en tant que photographe pour « Jazz magazine », « Paris Match » et « Télé7jours ». Puis vient le service militaire en Algérie.

De 1962 à 1974 je fis des photos pour le journal « Salut les copains », qui restera la trace marquante des années yé-yé, période durant laquelle il se lie avec Françoise Hardy, côtoyant tous les musiciens et artistes des années 60. Il en gardera le souvenir d’une époque de gaieté et de liberté dont il s'efforcera de ne pas avoir la nostalgie.

Il a également réalisé pour le cinéma, notamment deux œuvres de fiction : Antoine et Sébastien (1974) avec François Périer et Jacques Dutronc ; et Sale rêveur (1978), de nouveau avec Jacques Dutronc, ainsi qu'un documentaire de référence sur le groupe de rock français Téléphone, au cours d'une de ses tournées : Téléphone public en 1980.

Il a passé 15 ans en Amérique où il y a réalisé un nombre impressionnant de publicités dans les années 80, puis a publié quelques ouvrages regroupant ses photographies (Mes années 60, Flash) ou relatant sa vie privée (Enfant gâté, "Le Temps d'apprendre a vivre").

Sont passés devant son objectif (liste non exhaustive) : Mylène Farmer, Françoise Hardy, Jacques Dutronc, Les Rolling Stones, Bob Dylan, Johnny Hallyday, Les Beatles, Benicio Del Toro, Bertrand Delanoë, Sheila, Eddy Mitchell, Etienne Daho, Téléphone, Michel Berger, Marianne Faithfull. Claude François...

De son vrai nom Jean-Marie Pillu, était [et demeure toujours] un photographe français, né le 1er février 1940 à Neuilly.
Il est le fils adoptif de l'acteur François Périer, mais son père biologique est le musicien et chanteur Henri Salvador...
Il est le demi-frère de l'acteur Marc Porel.

_________________


Revenir en haut
Publicité






MessagePosté le: Ven 15 Juin - 00:46 (2007)    Sujet du message: Publicité

PublicitéSupprimer les publicités ?
Revenir en haut
Montrer les messages depuis:   
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet     Index du Forum -> "L'Epopée du Barebecue-Club" -> Histoire du Barbecue-CLub Toutes les heures sont au format GMT + 2 Heures
Page 1 sur 1

 
Sauter vers:  

Index | Panneau d’administration | Creer un forum | Forum gratuit d’entraide | Annuaire des forums gratuits | Signaler une violation | Conditions générales d'utilisation
Powered by phpBB © 2001, 2005 phpBB Group
Traduction par : phpBB-fr.com